Pourquoi développer son intelligence émotionnelle ?

capture-decran-2016-11-07-a-09-35-03

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle se traduit par une habileté à connaitre, différencier et exprimer ses émotions, à les comprendre et les accepter (les comprendre de manière positive et les utiliser pour diriger sa pensée et ses actions). C’est également savoir comment gérer et comprendre les émotions et faciliter cette régulation chez les autres.

Il existe plusieurs axes qui peuvent être travaillés; cela développe des capacités personnelles et relationnelles. Concernant les capacités personnelles, cela permet une prise de conscience de soi, la gestion de ses émotions mais également la découverte de ses propres motivations. Pour les capacités relationnelles,  l’intelligence émotionnelle développée permet d’établir des relations saines et de favoriser les échanges.

 

Les gains personnels et professionnels

Les personnes dotées d’une intelligence émotionnelle développée sont plus aptes à faire face aux exigences, pressions et contraintes du quotidien et donc une certaine maîtrise sur leur environnement. Cela leur permet de :

  • Savoir s’adapter : être capable de mettre en œuvre tous les moyens physiologiques et comportementaux pour être en accord son environnement.
  • Gérer les tensions et humeurs perturbatrices exercées sur leur personne. Les tensions peuvent devenir de véritables obstacles aux aspirations. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir des outils de régulation émotionnelle.
  • Développer la compréhension de leurs émotions et sentiments, mais également de ceux qui les entourent. Ainsi, une meilleure qualité d’écoute permet de désamorcer des potentielles tensions et/ou de résoudre plus facilement des conflits.
  • De mieux vivre et interagir en société : cela se traduit par une communication développée, des ego minimisés, un sentiment d’appartenance accru et d’une vision commune encouragée.

Développer son intelligence émotionnelle est un atout au quotidien. Elle permet un mieux-être, un savoir-être et un savoir-faire, permettant un équilibre entre sa vie personnelle et professionnelle.

Comment peut-on la développer ?

Elle doit être alimentée par des connaissances, des savoir-faire et des savoir-être. Il faut développer et travailler plusieurs axes ; ce travail est facilité par le cheval. En effet, il a des qualités relationnelles remarquables ; il sait utiliser chaque potentiel au service du collectif. Il voit et observe chacun tel qui l’est, sans savoir ses soucis et ses problèmes personnels, et l’accepte tel qui l’est. Sans jugement et avec bienveillance, il sait renvoyer avec bienveillance une image neutre. Finalement, à ses côtés, il est possible de réaliser une véritable introspection permettant de développer l’intelligence émotionnelle.

Dans un premier temps, l’acquisition de savoir-être et savoir-faire passe par l’épanouissement personnel. C’est une base sur laquelle on développe des qualités relationnelles sociales, professionnelles et parentales. Ici, les différents axes de travail peuvent être la confiance en soi, la gestion des émotions aux quotidiens ou encore l’assertivité. Le cheval ayant naturellement l’instinct de fuite, fera confiance seulement si, la personne inspire la sécurité (assurance et sérénité de ses émotions). Puis, d’un point de vue plus professionnel, pour développer son intelligence émotionnelle il faut devenir un leader bienveillant mais également savoir développer son potentiel et ceux de ses collaborateurs. Le cheval a l’instinct de troupeau où chaque membre du groupe est utilisé pour l’intérêt du groupe. Il apprend donc à comprendre ses aspirations mais également celles de son équipe pour créer une véritable cohésion. Toutes ces pistes de réflexion, facilitées par la bienveillance du cheval, développent véritablement notre intelligence émotionnelle.

 

 

 

 

Les rapports entre l’Homme et le Cheval

post1-youandhorseLes différents statuts du cheval dans le temps

Au cours de son histoire, le cheval est passé d’un statut de proie au statut d’animal domestiqué. Ses premières traces datent de plus de 50 millions d’années. L’homme l’a tout d’abord chassé pour sa viande et sa peau, puis l’a apprivoisé il y a « seulement » 5000 ans. Les chevaux ont été les compagnons malheureux des soldats, leur endurance et leur rapidité ont été utilisées pour les transports, et leur force pour les travaux des champs. Aujourd’hui, cet animal est majoritairement utilisé pour nos loisirs.

Cependant, les chevaux n’ont pas encore eu le temps de s’adapter à cette position d’animal domestiqué. Ils conservent comme instinct primaire, un véritable comportement de proie. C’est en cela que certaines de leurs réactions nous surprennent et beaucoup d’appréhensions naissent de la méconnaissance de cet état naturel qui persiste en eux.
Mais c’est justement de cette subtilité dans le rapport Prédateur / Proie (Homme / Cheval) que l’on trouve des axes d’épanouissement et de développement, aussi bien sur un plan personnel que professionnel.

Le cheval véritable instructeur pour l’Homme

La méfiance naturelle du cheval fait partie intégrante du « Horse Coaching ». L’homme doit inspirer confiance pour créer une relation harmonieuse avec l’animal.
Les modes de communication corporelle et verbale du cheval sont différents de ceux de l’homme. Ce dernier a des capacités cognitives extrêmement développées, le cheval, lui, a l’intelligence de l’instinct et donc, de l’émotion.

À ses côtés, on apprend, comprend et contrôle nos propres émotions, nos ressentis, nos intuitions, …
Le cheval, sensible et bienveillant, et l’homme, empathique, respectueux et authentique, partagent une expérience unique, des instants privilégiés dans lesquels s’établit une véritable complicité.